Les postures de yoga pour enfants

Apprendre la salutation au soleil aux enfants

Par Inès Delcourt , le octobre 14, 2021 , mis à jour le octobre 29, 2021 - 8 minutes de lecture
Salutation au soleil yoga enfant

La salutation au soleil est une des séries de postures les plus connues du yoga. Adaptée aux enfants, elle contribue à leur développement en favorisant la concentration, la mémoire et la coordination motrice. N’attendez plus et faîtes découvrir les différentes étapes de la salutation au soleil à votre enfant.

Définition yoga : Qu’est-ce que la salutation au soleil ?

La salutation au soleil consiste à se mettre debout, à étendre les bras vers le ciel et à incliner la tête en direction du soleil. Il s’agit d’une série de postures qui permettent de se libérer du stress. Il suffit de faire quelques étirements, puis de plier les genoux et d’étirer les bras vers le ciel, enfin de prendre une grande inspiration et de lâcher tous les petits tracas du quotidien.

Vidéo de la salutation au soleil

Quels sont les bienfaits de la salutation au soleil ?

Il y a beaucoup de bienfaits à faire la salutation au soleil, qui est une tradition ancestrale. Selon le yoga, cette pratique permet d’éliminer les toxines du corps et ainsi faciliter la digestion. En outre, selon certains spécialistes, cette salutation améliorerait notre humeur. Aussi, cette série de postures permettrait d’augmenter notre énergie vitale. Vous l’aurez compris,la salutation au soleil est à consommer sans modération.

Les différentes postures de la salutation au soleil

Position 1 : Pranamasana (pose de la prière)

Faites face au soleil si possible.

Tenez-vous droit, les pieds joints, les paumes des mains posées sur le centre de la poitrine, les bras détendus contre le corps.

Inspirez et expirez avec conscience jusqu’à ce que la respiration soit normale. Le corps entier doit être complètement détendu, la colonne vertébrale droite mais non rigide.

Avantages : Cette asana établit un état de concentration, de calme et de conscience de la pratique en cours.

Position 2 : Hasta Utthanasana (pose des bras levés)

Inspirez profondément tout en levant lentement les bras au-dessus de la tête.

Gardez les bras séparés, à la largeur des épaules.

Basculez le bassin en cambrant le dos et en penchant la tête en arrière aussi loin que possible. Au début, la colonne vertébrale est légèrement voûtée. L’ampleur de la cambrure peut augmenter avec la pratique.

Avantages : Cet asana étire complètement tous les organes abdominaux, fait travailler les bras et les épaules, tonifie la moelle épinière et ouvre les poumons.

Position 3 : Padahastasana (pose de la main au pied)

Expirez profondément tout en vous penchant lentement vers l’avant, en gardant les genoux droits. Placez les doigts ou les paumes des mains à côté des orteils sur le sol.

Essayez de toucher les genoux avec le front. La colonne vertébrale est pliée vers l’avant au niveau des articulations des hanches.

Au début, ne vous penchez en avant que dans la mesure où cela est confortable. Avec de la pratique, cela se corne facilement.

Avantages : Cet asana aide à prévenir, soulager et éliminer les maux d’estomac. Il réduit le surplus de graisse abdominale, améliore la digestion, élimine la constipation, améliore la circulation et maintient la souplesse de la colonne vertébrale.

Position 4 : Ashwa Sanchalanasana (pose équestre)

Gardez les paumes des mains ou le bout des doigts sur le sol à côté des pieds.

Inspirez profondément tout en étirant lentement la jambe droite en arrière aussi loin que possible, et en pliant le genou gauche.

L’orteil et le genou droits touchent le sol. Cambrez le dos et regardez vers le haut.

La colonne vertébrale est à nouveau arquée et le menton doit être levé aussi haut que possible. Après un certain entraînement, la cambrure de la colonne vertébrale devient très prononcée.

Avantages : Cet asana tonifie les muscles abdominaux, renforce les muscles des cuisses et des jambes et induit un équilibre dans le système nerveux.

Position 5 : Parvatasana (pose de la montagne)

Expirez profondément tout en étirant lentement la jambe droite en arrière et en la plaçant à côté de la jambe gauche.

Dans le même temps, soulever les fesses et baisser la tête entre les bras, de sorte que le dos et les jambes forment les deux sicles d’un triangle.

Les jambes et les chevilles doivent être droites dans la position finale.

Essayez de garder les talons sur le sol et d’amener la tête vers les genoux.

C’est ce qu’on appelle souvent le <log pose .

Avantages : Cette asana renforce les nerfs et les muscles des bras et des jambes, fait travailler la colonne vertébrale et stimule la circulation, en particulier dans la partie supérieure de la colonne. Il s’agit d’une posture inversée qui peut être pratiquée par ceux qui sont incapables de faire sirshasana, la posture du poirier, en raison de leur myopie.

Position 6 : Ashtanga Namaskara (salut aux 8 membres)

Abaissez lentement les genoux vers le sol, puis la poitrine et enfin le menton.

Dans la position finale, seuls les orteils, les genoux, la poitrine, les mains et le menton touchent le sol.

La colonne vertébrale est légèrement arquée dans cette pose d’équilibre. Avec un peu de pratique, il devrait être possible de toucher les genoux, la poitrine et le menton au sol en même temps.

Expirez et inspirez autant que nécessaire dans cette position, ou retenez le souffle à l’extérieur.

Avantages Cet asana touche les épaules et les muscles du cou, renforce les muscles des jambes et des bras et développe la poitrine.

Position 7 : Bhujangasana (pose du cobra)

Tout en inspirant profondément, descendez lentement les fesses et les hanches vers le sol.

Redressez les coudes, arquez le dos et poussez la poitrine vers l’avant dans la pose du cobra.

Penchez la tête en arrière.

Bénéfices : Comme indiqué pour ashtanga namaskara. De plus, dans cette asana, l’étirement abdominal aide à évacuer le sang stagnant des organes abdominaux et à encourager l’afflux de sang frais. Cette pose est utile pour tous les maux d’estomac, y compris l’indigestion et la constipation. La cambrure du dos maintient la colonne vertébrale souple, améliore la circulation et revitalise les nerfs spinaux les plus importants. Elle a également un effet équilibrant sur de nombreuses hormones.

Position 8 : Parvatasana (pose de la montagne)

Détendez la voûte plantaire et expirez profondément, tout en soulevant lentement les fesses et en abaissant les talons vers le sol.

Les mains et les pieds ne bougent pas de la position 7.

Le corps doit ressembler à un triangle comme dans la position 5 avec le menton rentré près de la poitrine.

Position 9 : Ashwa Sanchalanasana (pose équestre)

Tout en inspirant profondément, avancez lentement le pied gauche entre les deux bandes.

En même temps, abaissez le genou droit vers le sol et poussez le bassin vers l’avant.

Cambrez le dos et regardez vers le haut, avec le menton aussi haut que possible. C’est la même chose que la position 4.

Position 10 : Padahastasana (pose de la main au pied)

En expirant, avancez lentement le pied gauche à côté du pied droit.

Redressez les genoux et rapprochez le front le plus près possible des genoux sans forcer, comme dans la position 3.

Position 11 : Hasta Utthanasana (pose des bras levés)

Inspirez profondément en soulevant lentement le corps à partir des hanches et en étirant les bras au-dessus de la tête, à la largeur des épaules. Basculez le bassin puis cambrez le dos, et levez le menton le plus haut possible, comme dans la position 2.

Position 12 : Pranamasana (pose de la prière)

Expirez en ramenant les paumes des mains devant la poitrine, en vous tenant droit comme dans la position 1.

Détendez le corps et regardez la respiration revenir à la normale.

Positions 13-24 :

Les positions 1 à 12 constituent la moitié d’un tour. La deuxième demi-ronde comprend les mêmes douze positions. La seule différence réside dans la position 16, où la jambe gauche est ramenée en arrière, et dans la position 21, où le pied droit est avancé entre les mains. Commencez le deuxième demi-tour lorsque le rythme cardiaque et la respiration sont revenus à la normale. Lorsque plusieurs séries complètes ont été effectuées, allongez-vous en shavasana pour vous reposer et détendre le corps et la respiration.

Bénéfices : Lorsque l’on pratique le surya namaskata en synchronisant les mouvements physiques avec la respiration, tous les muscles, les articulations et les principaux organes internes sont stimulés et équilibrés. C’est pour cette raison que le surya namaskara est une pratique idéale pour les personnes qui n’ont que peu de temps à consacrer à la pratique des asanas et du pranayama. Le surya namaskara influence également la glande pinéale et l’hypothalamus, contribuant à prévenir la dégénérescence et la calcification de la pinéale. Cela équilibre la période de transition entre l’enfance et l’adolescence chez les enfants en pleine croissance.

Inès Delcourt