Respiration

Exercices de respiration pour enfant

Par Inès Delcourt , le octobre 22, 2021 , mis à jour le octobre 29, 2021 - 7 minutes de lecture
Exercices de respiration pour enfant

Exercice de respiration abdominale pour enfant

Pour encourager la respiration abdominale, demandez à l’enfant de s’allonger dos au sol. Placez une petite feuille de papier au niveau de son nombril et définisser que cette feuille de papier est un bateau. Expliquez-lui que lorsqu’il inspire, une vague est créée par l’estomac qui se gonfle. Quand il expire, la vague se calme. En observant le bateau sur les vagues, l’enfant prend conscience du rôle de l’abdomen et de la respiration abdominale que le jeune enfant effectue inconsciemment.

Avantages : La respiration abdominale est vraiment une respiration naturelle pour les enfants. Ce n’est que lorsque nous devenons adultes que nous commençons à respirer de manière incorrecte. Il a été démontré que la respiration abdominale est la meilleure forme de respiration car elle nécessite moins d’énergie que la respiration thoracique ou celle des poumons supérieurs, et l’échange oxygène/dioxyde de carbone est plus important pendant ce type de respiration.

Nadi Shodhana Pranayama (respiration alternée des narines)

  • Demandez à votre enfant de s’assoir confortablemennt,
  • Assurez-vous que sa colonne vertébrale est droite et que ses deux genoux reposent sur le sol,
  • Détendez tout le corps et fermez les yeux. La main gauche est placée sur le genou gauche. La main droite est utilisée pour fermer les narines.
  • L’index et le majeur sont placés au centre des sourcils et restent dans cette position tout au long de la pratique.
  • Le pouce est utilisé pour fermer la narine droite et l’annulaire pour fermer la narine gauche.

Étape 1 : Pratique préparatoire

  • Fermez la narine droite avec le pouce.
  • Inspirez et expirez par la narine gauche 5 fois, en gardant la narine droite fermée tout au long du processus.
  • Fermez ensuite la narine gauche avec l’annulaire et ouvrez la narine droite.
  • Inspirez et expirez par la narine droite 5 fois.
  • Le processus d’inspirer et d’expirer 5 fois à travers chaque narine est égale à un tour.
  • Entraînez-vous à faire 5 à 10 tours.

Étape 2 : Respiration heureuse

  • Fermez la narine droite avec le pouce. Inspirez par la narine gauche.
  • Fermez la narine gauche avec l’annulaire. Relâchez la pression du pouce sur la narine droite et expirez par la droite.
  • Inspirez par la narine droite et expirez par la narine gauche.
  • Ceci est un tour. Entraînez-vous à faire 5 à 10 tours.

Avantages : Cet exercice de respiration induit la tranquillité, la clarté de la pensée et la concentration, et est recommandé pour les personnes engagées dans un travail mental. Le flux de prana dans les nadis ida et pingala est égalisé. Le dioxyde de carbone est efficacement expulsé et le sang est purifié des toxines.

Sheetali Pranayama (respiration rafraîchissante)

  • Asseyez-vous dans une position confortable, la colonne vertébrale bien droite et les deux genoux posés sur le sol.
  • Placez les mains sur les genoux. Étendez la langue à l’extérieur de la bouche aussi loin que possible. Roulez les côtés de la langue pour former un tube.
  • Inspirez par la langue en entonnoir comme si vous essayiez d’avaler de l’air dans l’estomac.
  • Relâchez la langue, fermez la bouche et expirez par le nez.
  • Répétez environ 10 fois.

Avantages : Cette pratique purifie le sang et prévient et soulage l’hypertension artérielle. Elle induit le calme mental, psychique et musculaire, et élimine également la sensation de soif.

Seetkari Pranayama (sifflement ; souffle)

  • Asseyez-vous dans n’importe quelle position confortable, la colonne vertébrale bien droite et les deux genoux posés sur le sol. Placez les mains sur les genoux. Repliez la langue et placez-la contre le palais.
  • Maintenez les dents légèrement rapprochées et séparez les lèvres. Inspirez lentement et profondément par les dents.
  • Fermez les lèvres et expirez lentement par le nez. Exercez-vous 10 fois.
  • Précautions : Le sheetali et le seetkari ne doivent pas être pratiqués dans une atmosphère sale, polluée ou par temps froid.
  • Bénéfices : Comme pour le sheetali pranayama.

Bhramari Pranayama (respiration de l’abeille)

  • Asseyez-vous dans n’importe quelle asana confortable avec la colonne vertébrale droite, la tête droite et les deux genoux posés sur le sol.
  • Fermez les yeux et détendez tout le corps pendant quelques instants. Inspirez à fond par les deux narines.
  • Bouchez les oreilles avec les index et, les dents écartées et la bouche fermée, expirez complètement en produisant un bourdonnement comme celui d’une abeille.
  • L’expiration doit être lente et régulière. Concentrez-vous sur le bourdonnement. Répétez 10 fois.

Contre-indications : Bhramari ne doit pas être pratiqué en position allongée. Les personnes souffrant d’une grave infection de l’oreille ne doivent pas pratiquer ce pranayama avant que l’infection ne soit guérie.

Avantages : Cette pratique atténue les tensions causées par la colère et l’anxiété. Bhramari est bénéfique pour les personnes souffrant d’hypertension artérielle et est très bon pour les cordes vocales. Il aide à soulager les maux de tête et les insomnies.  Il accélère la guérison des tissus corporels et peut être pratiqué après une opération.

Bhastrika Pranayama (respiration en soufflet)

  • Asseyez-vous dans n’importe quelle asana confortable, la colonne vertébrale bien droite et les genoux posés sur le sol.
  • Fermez les yeux et détendez tout le corps.
  • Fermez la narine droite et prenez 20 respirations rapides par la narine gauche.
  • Répétez 20 fois par la narine droite.
  • Ensuite, effectuez les 20 respirations rapides par les deux narines.
  • Veillez à ce que l’inspiration et l’expiration soient de même durée et rythmées.
  • Les narines ne doivent pas se dilater et se contracter pendant la pratique, mais rester immobiles.

Contre-indications : Bhastrika ne doit pas être pratiqué par ceux qui souffrent d’hypertension, de maladies cardiaques, d’hernie, d’ulcère gastrique, d’accident vasculaire cérébral, d’épilepsie ou de vert igo.

Il est recommandé aux personnes souffrant de maladies pulmonaires telles que l’asthme et la bronchite chronique, ou qui se remettent de la tuberculose, de pratiquer le bhakstrika uniquement sous la direction d’un expert.

Avantages : Cette pratique purifie les poumons en éliminant le dioxyde de carbone indésirable. Elle soulage l’inflammation de la gorge et augmente le feu gastrique. C’est un exercice efficace pour soulager et éliminer de nombreuses maladies des poumons, de la gorge et de la poitrine. Il augmente la chaleur dans le corps.

Torsion et respiration

  • Asseyez-vous dans la pose de relaxation animale, mais dans cette pratique, les paumes sont rapprochées, les mains reposent sur le dessus de la tête et les coudes sont tendus vers les sicles.
  • Inspirez en comptant jusqu’à quatre et tournez progressivement le haut du corps vers la gauche aussi loin que possible.
  • Expirez en comptant jusqu’à quatre en retournant lentement le corps et en faisant face à l’avant.
  • Répétez 5 à 10 fois.

La respiration au son « Ha »

  • Etirez les jambes et répétez de l’autre côté.
  • Allongez-vous en shavasana, les yeux légèrement fermés.
  • Inspirez lentement et profondément par les narines tout en étirant les bras sur le sol derrière la tête. (Figure 1)
  • En expirant rapidement par la bouche et en émettant un son « ha », pliez les genoux contre la poitrine, en serrant les deux jambes contre le corps. (Figure 2)
  • Inspirez à nouveau lentement en redressant les jambes vers le sol et en étirant les bras au-dessus de la tête.
  • Si nécessaire, prenez quelques respirations naturelles avant de répéter 3 autres expirations.
  • En expirant, ramenez lentement les bras sur les côtés, reprenez shavasana et détendez-vous.

Bonus : la respiration de la langue

Inès Delcourt