Le yoga à l'école

Cours de yoga à pratiquer à l’école

Par Inès Delcourt , le octobre 25, 2021 , mis à jour le octobre 29, 2021 - 30 minutes de lecture

Les techniques décrites peuvent être utilisées dans une salle de classe normale, même avec des pupitres fixes.

et les sièges. La plupart des exercices peuvent être effectués en se tenant debout et en se déplaçant entre les bureaux, d’autres peuvent même être clonés en restant assis au bureau.

S’assouplir et développer la conscience corporelle

En classe, il n’est même pas nécessaire que les enfants enlèvent leurs chaussures pour les réaliser.

  1. Flexion de la cheville (5 fois).
  2. Rotation des chevilles (5 fois dans le sens des aiguilles d’une montre puis 5 fois dans le sens inverse). Soit les deux ensemble, soit une à la fois, selon le temps disponible.
  3. Flexion des genoux (5 fois par jambe).
  4. Pose accroupie et relevée (5 fois).
  5. Serrer les mains (5 fois)-.
  6. Flexion des poignets (5 fois).
  7. Rotation du poignet (5 fois dans le sens horaire/anti-horaire). Chaque poignet individuellement ou les deux ensemble :
  8. Flexion du coude (5 fois). Inspiration lente lorsque le bras est tendu, expiration lente lorsque le coude est plié.
  9. Rotations des épaules (5 fois dans le sens des aiguilles d’une montre/anti-horaire).
  10. Mouvements de la nuque (5 fois) à chaque variation.
  11. Mouvements des yeux.
  12. Palming.

Tous ces exercices se prêtent bien à la synchronisation de la respiration. Lorsqu’ils sont utilisés dans une classe de langue, par exemple, ces exercices sont souvent pratiqués en rythme sur un air populaire de la langue en question, auquel les enfants peuvent facilement répondre.

Exercice de purification tibétain

On l’appelle aussi l’exercice Ha Ha. Il s’agit d’un exercice de respiration et de purification qui permet d’extérioriser l’agitation des enfants lorsqu’ils ont envie de crier et que vous ne pouvez pas les faire taire. Supposons qu’ils arrivent de l’extérieur et qu’ils sont très excités. Si l’enseignant leur dit de crier, ils seront très contents et vous pourrez ensuite discipliner leur esprit animal.

Technique

Tenez-vous debout, les mains appuyées contre les sicles du corps, au niveau des côtes flottantes, à peu près au niveau de la taille. Lorsque vous inspirez, sentez les côtes inférieures se dilater. En expirant, appuyez doucement avec les mains. Inspirez lentement et expirez en vous penchant légèrement vers l’avant au niveau de la taille. Cela permet d’expulser l’air.

Amenez maintenant les mains au niveau du milieu de la cage thoracique. Inspirez, gonflez la poitrine et appuyez doucement en expirant, en vous penchant un peu plus vers l’avant.

Placez les paumes des mains sur la partie supérieure de la poitrine, près des épaules. Inspirez et appuyez doucement en expirant, tout en vous penchant légèrement en avant.

Maintenant, pratiquez les trois ensemble. Inspirez en déplaçant rapidement les mains de chaque côté de la cage thoracique. Expirez en criant « Ha », tout en vous penchant légèrement vers l’avant et en appuyant ; un autre « Ha » en vous penchant davantage et en appuyant ; et encore « Ha », en laissant les mains retomber en clown et la tête rester baissée. Ceci est très bon pour le cerveau.

Tuen inspire lentement, en commençant par la tête du clown, soulève le corps à la verticale et répète le Ha… Ha… Ha… en laissant tomber les mains et la tête à la fin.

Observez les visages des enfants et vous constaterez que leurs yeux sont plus brillants et qu’ils sont plus détendus après avoir relâché leurs tensions en criant et en respirant.

Faire un mandala

Il s’agit d’une pratique de groupe. Un mandala est un ensemble de motifs géométriques. Ici, nous formons un grand cercle ou peut-être un cercle dans un cercle, en fonction du nombre d’enfants concernés. Dans le yoga, les couleurs et les formes sont très importantes pour influencer les niveaux profonds de l’esprit de l’enfant.

Technique

Tenez-vous debout en cercle, la paume gauche tournée vers le plafond et la paume droite tournée vers le sol, de manière à ce que les mains soient jointes avec la personne suivante. Tout d’abord, nous créons une atmosphère dans le groupe. Ensuite, nous allons créer un lien par la respiration. Inspirez par la paume gauche, puis expirez par la paume droite. Sentez qu’un courant passe dans les mains et autour du cercle. Fermez les yeux et continuez à inspirer par la paume gauche et à expirer par la droite. C’est comme si l’électricité passait de gauche à droite. Tuen détendez les bras et relâchez les mains de vos voisins.

Devenir des statues : exercice STOP

Cette pratique vise à créer une atmosphère vivante où les enfants peuvent apprendre le mouvement et l’immobilité. Il est important de créer une atmosphère vivante pour les enfants, afin qu’ils sentent qu’il est bon d’être en vie et qu’il est agréable d’être à l’école, ou d’être ensemble dans un groupe. C’est un exercice classique du yoga. Parfois, le maître dit aux disciples : « STOP ! Arrêtez ce que vous êtes en train de faire ! » Ils devaient donc arrêter ce qu’ils faisaient, que ce soit couper du bois, balayer le sol ou lire un manuscrit.

L’idée de cet exercice est de faire prendre conscience : « Qu’est-ce que je fais ? Qui suis-je ? Où suis-je ? Où est ma conscience ? » Ces exercices STOP sont très appréciés des enfants et sont appelés  » devenir statues « .

Technique

Étape 1 : Marchez et déplacez-vous au hasard, en portant votre attention sur les différentes parties du corps au fur et à mesure qu’elles sont nommées. Lorsque vous entendez « STOP » crié à haute voix, arrêtez-vous et portez votre attention sur ce qui vous est demandé.

  • Bougez au hasard et sentez la plante de vos pieds,
  • Sentez votre dos mais continuez à marcher et à vous déplacer,
  • Sentez le bout de votre nez,
  • La poitrine,
  • Genoux, continuez à avancer,
  • Main droite,
  • Sentez votre nombril.
  • STOP ! Ne bougez pas vos yeux, vos doigts, vos cheveux ou quoi que ce soit d’autre. Étape 2 : recommencez à vous déplacer, mais plus rapidement ; ne touchez personne d’autre. Faites très attention à ne pas toucher

n’importe qui.

  • Reculez sans toucher personne.
  • Déplacez-vous latéralement sans toucher personne.
  • STOP !

Arrêt de la pomme de terre

Cette pratique vise à équilibrer la conscience entre le mouvement et l’immobilité. Il existe une petite rime en anglais dont vous vous souvenez sans doute : One potato, two potato, three potato, four. D’autres rimes dans d’autres langues peuvent être utilisées à des fins pédagogiques ou pour relâcher les tensions. On peut utiliser le mot « banane » ou tout autre mot favori, à condition qu’il ait trois syllabes.

Technique

Étape 1 : Tout en criant chaque ligne de la comptine ci-dessus, déplacez-vous en faisant de grandes enjambées et en pliant les genoux à tour de rôle, en étirant les jambes le plus possible de sorte que les pas soient très grands et que de grands espaces soient couverts. Quatre signifie STOP, mais on ne crie pas stop.

Faites un autre pas de manière à faire face au persan le plus proche de vous. Dites : « Oh, vous êtes là, comment corne ? », et entamez une conversation avec cette personne.

Étape 2 : Répétez le mouvement, cette fois-ci en vous déplaçant plus silencieusement et en murmurant la rime. Après « Quatre », tournez-vous vers le persan qui se trouve à proximité et faites-lui un compliment.

Étape 3 : Répétez le mouvement, mais cette fois-ci, ne répétez la rime que mentalement. Après « Quatre », tournez-vous vers le persan qui se trouve à proximité et regardez-le de très près. Fermez ensuite les yeux et essayez de vous souvenir du visage de cette personne. Ouvrez les yeux et vérifiez votre mémoire. Fermez à nouveau les yeux et essayez de vous souvenir à nouveau. Puis ouvrez les yeux.

Pose de l’autruche

Cette pratique vise à corriger les défauts de la colonne vertébrale. Elle est également utilisée pour développer l’équilibre, l’attention et la concentration. En tant que pose dynamique, c’est l’autruche qui court partout, libérant les tensions.

Technique

Formez un cercle.

Faites la pose de l’autruche. Expirez, puis inspirez et remettez la corne à la verticale.

Expirez, puis refaites l’autruche.

Inspirez, mettez-vous en position verticale et levez-vous sur les orteils, puis expirez et mettez-vous en position horizontale de l’autruche.

Répétez plusieurs fois. Ensuite, commencez à vous déplacer autour du cercle dans la posture de l’autruche, en marchant puis en augmentant progressivement la vitesse jusqu’à ce que l’autruche court.

L’arbre qui pousse

En apprenant à respirer, nous remarquons que la respiration se fait à trois niveaux différents. Nous utiliserons les sons pour les localiser, et nous essaierons de ressentir la relaxation en chantant les sons. Nous ferons également des mouvements comme un arbre qui grandit. L’arbre est comme un enfant, il est d’abord tout petit, puis il devient plus grand, puis fait des branches et des feuilles qui s’étendent vers le ciel.

Technique

Le premier niveau de son est aa comme dans car. Second level is oo as in

porte. Le troisième niveau est ee comme dans arbre.

Laissez vos bras pendre en clown par vos sicles et vous respirerez mieux dans l’abdomen. Chantez car ou aa.

Maintenant, mettez les bras, coude à coude, devant votre poitrine. Chantez porte ou oo.

Puis levez vos bras au-dessus de votre tête, en écartant les doigts comme les arbres. Les feuilles jaillissent. Chantez tree ou ee. Maintenant, chantez à l’envers e oo am (en fermant la bouche). Inspirez et répétez, a oo e, inspirez, e oo ammm.

Répétez « l’arbre qui pousse » et ajoutez les sons en suivant votre propre rythme.

Mmmm crée un équilibre en apportant de la détente. Pour créer de l’énergie, n’ajoutez pas le mmmm à la fin de la voyelle.

Trataka (regard concentré)

Cet exercice implique le trataka, ou regard fixe, qui développe la concentration et la mémoire. Le premier niveau est l’écran large avec les yeux ouverts, regardant vers l’extérieur, et le deuxième niveau est l’écran mental. La figure ci-dessous peut servir de modèle pour les objets à utiliser dans cet exercice.

Technique

Étape 1 : Tenez la carte en papier devant vous, à une distance d’environ un bras, à hauteur des yeux.

Pratiquez le trataka (regard fixe) sur le petit point au milieu du mot sur le papier.

Regardez le mot sur la carte en papier.

Regardez-le, et ne bougez pas pendant 60 secondes. Fixez le regard sur le point central.

Étape 2 : Fermez maintenant les yeux pendant une seconde.

Ensuite, ouvrez-les et regardez le point situé sous le mot sur la feuille.

La contre-image va corner et partir.

Il s’agit d’un processus optique ; il n’y a rien de magique là-dedans. Répétez-le encore une fois. Regardez le point.

Fermez les yeux.

Regardez maintenant le point situé sous le mot sur le papier. Fermez à nouveau les yeux.

Posez le papier.

Gardez les yeux fermés et voyez ce qui se passe.

Étape 3 : Maintenant, chantez om ensemble.

Inspirez mais continuez à regarder le point à l’intérieur.

Om, om, om.

Maintenant, terminez la pratique et ouvrez vos yeux.

S’arrêter et écrire

Cette pratique permet de développer le sens du toucher. Supposons que ce soit le moment de la journée où nous voulons nous réveiller un peu, nous sentir pleins d’énergie. Nous allons donc écrire et faire des choses importantes, mais nous allons utiliser notre dos pour cela, comme un tableau noir.

Technique

Étape 1 : Promenez-vous n’importe où et au bout d’un moment, je resterai STOP. Aujourd’hui, vous allez vous promener en imitant une profession, par exemple, comme la dactylographie, la peinture, etc. L’une de ces professions est la vôtre et vous allez la mimer en vous promenant. Alors promenez-vous, en montrant que vous êtes un professionnel.

Étape 2 : STOP. Maintenant, dis à ton ami à côté de toi ce que tu fais et parle de ton travail.

Étape 3 : STOP. L’un des deux partenaires tourne maintenant le dos à l’autre. Le dos est comme un tableau noir mais il faut l’essuyer. Frottez donc le tableau pour le nettoyer. (C’est une façon très agréable de masser le dos de votre ami).

Ensuite, vous allez écrire. C’est un exercice d’attention tactile. Avec votre doigt, écrivez une lettre au dos (tableau noir) et l’autre personne chantera les lettres. N’oubliez pas d’essuyer le tableau entre chaque lettre.

Étape 4 : STOP. Changez maintenant de rôle. Celui qui était auparavant au tableau noir doit écrire quelques lettres dans le dos de l’autre personne.

Avantages : Cet exercice permet aux enfants de se sentir très actifs et très vivants.

Chanter les voyelles

Cette pratique vise à développer la conscience du toucher et la relaxation.

Technique

En chantant une voyelle, placez vos mains sur la tête, puis sur la cage thoracique, le dos, l’abdomen, la poitrine, la gorge et ainsi de suite pour percevoir les parties du corps où les sons de la voyelle résonnent le plus.

Chantez chaque voyelle de cette façon.

Le manège du mantra d’Om

Cette pratique permet de développer la concentration et la conscience de groupe.

Technique

Formez trois cercles. Le cercle extérieur, le plus grand, se déplace dans le sens des aiguilles d’une montre et chante le son aaa. Le cercle du milieu se déplace dans le sens inverse des aiguilles d’une montre en chantant uuu. Le petit cercle intérieur se déplace dans le sens des aiguilles d’une montre en chantant mmm. Ensuite, ralentissez doucement le clown et arrêtez le mouvement, mais continuez à chanter pendant un moment.

Corrélation entre les asanas et le son

Cette pratique vise à développer l’attention et la mémoire de l’enfant. Les enfants doivent apprendre le yoga pour leur propre bien-être. Nous avons conçu ici un exercice dans lequel nous combinons le hatha et le nada yoga pour le développement de l’attention et de la mémoire.

Technique

Étape 1 : Ici, nous allons pratiquer les asanas et les sons ensemble : Faites tadasana qui sera associé au son aaa. Fermez les yeux, écoutez le son aaa et visualisez la pose.

Étape 2 : Faites la deuxième posture, eka pada pranamasana, la pose de l’arbre. Tenez-vous sur une jambe comme un arbre. Cette posture sera associée au son ee, comme dans abeille. Fermez les yeux, entendez le son ee et visualisez la posture.

Étape 3 : Faites la troisième posture, garudasana, l’aigle. Elle est associée au son oo, comme dans bon. Maintenant, fermez les yeux, entendez oo et visualisez l’aigle avec oo.

Étape 4 : Faites la quatrième posture, dolasana, la pose du pendule. Elle est associée au son o, comme dans arc. Fermez les yeux, entendez le son o et visualisez la pose.

Maintenant, déplacez-vous et lorsque je prononce un des sons, faites la pose associée à ce son. Déplacez-vous rapidement et le signal d’arrêt sera les sons des voyelles : ee, o, oo, o, aa, ee, oo, ee, aa, etc.

Assis à un bureau

Cette pratique permet de redresser le dos. Nous allons faire un exercice qui peut être cloné en étant assis sur une chaise. Dans les salles de classe, il faut choisir les exercices qui peuvent être clonés soit assis sur une chaise, soit debout entre les tables et les chaises.

Les enfants disent généralement que cela leur fait mal. Lorsque je leur dis : « Dans le cas du chat, nous ne le ferons pas », ils protestent et disent qu’ils le feront. Je leur rappelle que ça fait mal, et ils répondent : « Oui, mais ça nous fait du bien ». Alors nous rions tous ensemble.

Technique

Étape 1 : Asseyez-vous bien droit, penchez-vous légèrement vers l’avant et placez les poings sur les deux côtés du cou, juste sous les oreilles. Si vous êtes assis à un bureau, la poitrine peut reposer légèrement sur le bureau.

Imaginez que la tête gagne et qu’elle entraîne les poings avec elle. (Utilisez la tête pour pousser vers l’arrière).

Imaginez ensuite que les poings gagnent et poussent la tête en avant. (Utilisez les poings pour tirer la tête vers l’avant.) Imaginez maintenant que les poings poussent mais que la tête résiste. Tuen forme de petites ailes avec les coudes. Rapprochez les omoplates le plus possible et souriez.

Etape 2 : Puis inspirez et asseyez-vous bien droit, aussi droit que possible, aussi droit qu’un parapluie.

Expirez et poussez la tête vers l’avant, mais ne touchez pas la table avec votre tête, seule la poitrine doit être en contact.

Étape 3 : Inspirez, tenez-vous droit, gardez les épaules relevées.

Expirez avec force et laissez tomber votre tête en avant. Puis baissez vos bras.

Le ballon crevé

Les pratiques suivantes aident à détendre le dos.

Technique

Que vous soyez assis ou debout, gardez les jambes légèrement écartées. En inspirant par les narines, imaginez que vous êtes un gros ballon ou un gros pneu que l’on remplit d’air, joues et tout, pendant que je souffle. (Ce clone est rythmé en 3 ou 4 bouffées).

Puis, malheureusement, il y a une perforation.

Expirez par la bouche, psst l’air sort, en laissant tomber le haut du corps en avant et en faisant le clown.

Variation : Imaginez que vous êtes complètement épuisé. Votre dos est courbé et je vais vous insuffler de l’air pour que vous vous sentiez vraiment plein d’entrain.

Expirez, puis inspirez – pompez, pompez, pompez, pompez, pompez. Redressez-vous légèrement à chaque fois que vous pompez.

Expirez par la bouche.

Et le dos est plié une fois de plus.

Cette fois, nous allons faire le processus inverse.

Nous inspirons continuellement, et nous nous redressons en douceur pour adopter une position assise droite.

Et expirez par giclées : ha-ha-ha-ha-ha. En descendant de plus en plus à chaque giclée. Inspirez et sentez que vous êtes rafraîchi.

Respirer avec des images

Ces techniques visent à développer l’imagination et une respiration correcte. Nous utilisons ici des types de respiration qui sont des techniques classiques du yoga. Les enfants sont friands d’images, c’est pourquoi, dans cette pratique, nous utilisons des images et l’imagination pour faciliter l’exécution de la respiration. Imaginez comment vous pourriez enseigner la respiration à des enfants. Un enfant doit d’abord apprendre qu’il respire et ces techniques sont conçues pour qu’il en prenne conscience. Il se peut que les enfants soient anxieux à l’idée de faire le silence, de fermer les yeux et de se détendre. Lorsque vous l’essaierez, vous verrez que certains enfants n’aiment pas cela. Ils ont peur, alors ne pensez pas que tous les enfants aimeront le silence comme les adultes.

Vous pouvez enseigner la respiration en laissant les enfants regarder une image. Utilisez n’importe quoi pour faire prendre conscience du processus de respiration. Ils peuvent utiliser les doigts pour tracer le contour car les enfants ont besoin de quelque chose de concret à faire. Leur esprit n’est pas encore totalement abstrait. Ils veulent regarder, sentir, toucher, voir et sentir. Il existe des moyens d’aider les enfants à prendre conscience de leur respiration, comme le montrent les techniques suivantes :

Figure A

Technique 1 : Respiration avec un cercle ou un carré

La respiration est comme un cercle.

Inspirez et expirez autour du cercle, en inspirant à mi-chemin, puis en expirant et en complétant le cercle.

(Vous pouvez également utiliser un carré ; voir la figure A)

Figure B

Technique 2 : Respiration avec un escalier

Regardez les figures (voir figure B). Nous avons d’abord l’image d’un escalier. Inspirez en montant l’escalier.

Expirez en descendant dans l’ascenseur, ou sur la rampe. On peut aussi inverser cette technique (voir figure C) Inspirez en montant dans un ascenseur ou un escalator .

Expirez en descendant les escaliers.

Figure C

Technique 3 : Respiration et dessin au crayon Étape 1 : Dessiner des cercles

En vous déplaçant vers le haut du cercle (voir figure A), dites « J’inspire ».

Tout en déplaçant le clown sous le cercle, dites « J’expire, je le sais ».

Note de pratique : Après un certain temps, on peut faire comprendre aux enfants qu’il y a une pause entre l’inspiration et l’expiration. Tout comme une vague, lorsque la mer monte et descend, il y a un moment où il n’y a pas de mouvement. La même chose se produit avec la respiration. C’est comme une grande vague.

Figure D

Étape 2 : Dessiner des châteaux

Puis vous répétez la respiration et le dessin, avec le château de Guillaume le Conquérant (voir ci-dessus la figure D).

Inspirez, arrêtez ! Expirez, arrêtez ! Inspirez, arrêtez ! Expirez, arrêtez !

Note d’entraînement : Imaginer la forme d’un château est en fait très intéressant pour les enfants et ils peuvent le dessiner en respirant. Avec un stylo dans la main, ils le dessinent en inspirant, puis s’arrêtent. En expirant, ils dessinent et s’arrêtent. C’est aussi une façon de respirer régulièrement en faisant quelque chose.

Nadi shodhana en utilisant des bandes, des anneaux ou des jambes

Parmi tous les types de techniques de respiration, il en est une qui est la plus précieuse. Il s’agit de la nadi shodhana, ou respiration alternée des narines, qui crée un équilibre entre les nadis ida et pingala et maintient également la glande pinéale en bon état. Des recherches ont montré qu’il est absolument essentiel pour les enfants de pratiquer des exercices où les deux sicles du cerveau sont stimulés. Nadi shodhana est une excellente technique pour cela.

Je devrais dire que ce serait excellent mais c’est si difficile et ennuyeux pour les enfants. Il y a un problème avec les bicyclettes. Très souvent, vous constaterez en classe que la moitié des enfants ne le font pas parce qu’une de leurs narines est bouchée par un rhume ou autre chose. Il faut donc trouver un autre moyen de pratiquer la respiration alternée. Nous avons trouvé quelques exercices qui permettent de le faire sans l’inconvénient de devoir fermer et ouvrir alternativement les narines.

Technique

Asseyez-vous avec les mains sur les genoux et pratiquez la respiration altemée en utilisant les doigts.

Levez l’index droit en inspirant, expirez en baissant l’index gauche.

Inspirez, levez l’index gauche, expirez, baissez l’index droit. Continuez de cette façon.

Variation 1 : Vous pouvez aussi utiliser tous les doigts en alternance. Cela devient plus complexe mais demande plus de concentration et d’attention. .

Variation 2 : On peut aussi le faire en position assise en levant les bras alternativement au lieu de lever les doigts. Trouvez d’autres façons de varier ce même exercice

Variation 3 : La même pratique peut être clonée en utilisant les jambes également. Allongez-vous en rnakarasana, la pose du crocodile.

Variation 3

Inspirez et pliez la jambe droite vers le haut, remettez lentement le pied en arrière en faisant le clown avec l’expiration.

Inspirez, pliez la jambe gauche, expirez et remettez lentement le pied en position de clown.

Note d’entraînement : Il s’agit d’un petit jeu entre les deux pieds, une interaction entre les jambes et le souffle. Pendant que les enfants font cela, ils peuvent aussi écouter de la musique.

Orienter l’attention

Cette pratique vise à développer la concentration et à diriger l’attention. Deux lecteurs sont choisis pour se tenir sur l’un des deux sicles de la classe et lire simultanément des histoires différentes. Il est décidé de n’écouter que l’histoire du lecteur qui se tient sur le côté droit de la classe. Les élèves doivent d’abord se frotter l’oreille droite, la masser légèrement, la tirer vers le haut, le clown et le côté ; s’assurer qu’ils peuvent entendre, puis continuer avec les instructions suivantes :

Technique

Étape 1 : Écoutez le lecteur à droite. (Laissez les histoires être lues pendant quelques minutes.) STOP.

Étape 2 : Maintenant, ils doivent frotter l’autre oreille mais continuer à se concentrer sur l’histoire du lecteur de droite. STOP.

Note de pratique : Comme il est dit dans les écritures, les chevaux sont conduits par le conducteur de char. L’esprit (le conducteur de char) décide de ce qu’il va absorber des sens (les chevaux).

Manas (l’esprit) dirige tout cela. La concentration, c’est donc décider d’être attentif et cela ne se fait pas automatiquement. Vous devez également décider que vous voulez écouter une chose et pas une autre.

Observation du soleil et de la lune

Cette pratique développe la concentration, la mémoire et l’équilibre du souffle, tout en créant un équilibre entre ida et pingala, la lune et le soleil ; la pensée et la vitalité. La technique combine nadi shodhana avec une image et, en même temps, trataka sur le centre.

Technique

Regardez le dessin du soleil et de la lune.

Regardez le soleil et la lune au milieu de la carte et voyez si vous pouvez voir les lignes sur les sicles droit et gauche.

Gardez les yeux fixés sur le soleil et la lune au centre de la carte.

Inspirez vers le haut du sicle gauche et expirez à travers le clown en pointillés vers le soleil en bas à droite. (Tb.at est B vers A ; puis A vers D.)

Inspirez sur le sicle du soleil et expirez sur le sicle de la lune, en faisant le clown jusqu’en bas. (D vers C ; puis C vers B.)

Encore une fois, inspirez vers le haut la lune sicle, expirez vers le soleil clown. (B vers A ; A vers D.)

Puis inspirez jusqu’au sicle du soleil et expirez en faisant le clown jusqu’à la lune. (D vers C ; C vers B.)

Maintenant, après avoir expiré sur le sicle gauche, arrêtez l’exercice. Frottez les mains ensemble au-dessus de la tête jusqu’à ce qu’elles soient très chaudes. Posez les paumes sur les yeux et déplacez doucement la tête de gauche à droite. Chantez-vous une chanson que vous aimiez quand vous étiez bébé. Puis relâchez les mains et ouvrez les yeux.

Exercez-vous pendant cinq minutes seulement.

Pratiques de relaxation et de visualisation créative

Deux techniques sont proposées ici. La pratique du yoga nidra doit être adaptée aux enfants. Elle doit être très rapide car les enfants vont plus loin que les adultes et il est très difficile de les rappeler s’ils sont trop engagés dans la pratique. . Elle doit donc être très courte et il faut leur demander de ne pas dormir.

Technique 1 : Yoga nidra Étape 1 : Préparation

Enlevez vos lunettes.

Allongez le clown sur le sol en shavasana, si possible.

Ou asseyez-vous confortablement à votre bureau, les mains sur les genoux et les épaules détendues.

Détendez-vous complètement et fermez les yeux. Installez-vous aussi confortablement que possible.

Étape 2 : Conscience des sons

Sentez d’abord votre corps sur le sol. Vous êtes ici dans cette pièce.

Nous sommes le (jour de la semaine). Entendez les sons à l’extérieur. Imaginez un grand cercle.

Sur le cercle, placez les sons que vous entendez.

Placez le son (par exemple, celui d’une voiture) sur le cercle.

C’est comme si la voiture se déplaçait autour de ce cercle. À l’intérieur de ce cercle, il y en a un autre.

Il a le même centre que le premier cercle.

Entendez un autre son et placez-le sur ce deuxième cercle.

Tuen un autre cercle à l’intérieur de celui-ci avec un autre son.

Je vais faire trois sons.

Premier son : (les mains se frottent l’une contre l’autre). Deuxième son : (pas avec les pieds).

Troisième son : (clic avec la langue). Veuillez vous souvenir des sons.

(Les sons sont répétés à nouveau). Maintenant, mémorisez les sons.

Faites les corner vivants sur les cercles.

Maintenant, un autre son au centre du cercle. Votre respiration. C’est au centre.

Étape 3 : Conscience du toucher

Maintenant, sentez votre corps sur le sol.

Imaginez un papillon qui se pose sur les différentes parties du corps.

Imaginez un léger contact du papillon sur votre main droite.

Sur le dessus de votre tête. Maintenant votre cou,

soleilSur votre épaule droite, Sur votre épaule gauche, Le bout de votre nez,

Sur le dessus de votre tête.

Étape 4 : Visualisation

Maintenant, le papillon s’envole vers un arbre en fleurs.

Oh, il y a une fleur de l’arbre qui tombe du clown. Non, ce n’est pas une fleur mais un papillon qui vole à nouveau.

Tu es debout sur cet arbre et tu regardes le ciel bleu à travers les feuilles.

Vous respirez de l’énergie à travers les feuilles. Vous vous sentez heureux.

Qu’est-ce que tu vois ?

Une fusée. Une fusée corne le clown. Une fusée atterrit près de vous.

Oh, c’est fantastique.

Qui vois-tu dans cette fusée ? E.T. ! E.T. s’évanouit. Vous le connaissez déjà. Fantastique, il vient vers toi et tu n’as pas peur.

E.T. te demande si tu veux aller sur sa planète. Tu dis, « Non, je ne peux pas. »

Il dit, « Eh bien, corne et regarde ta maison d’en haut. » Alors vous acceptez.

Monte dans la fusée avec E.T. ; tu es très content. La fusée s’élève et vous voyez votre maison.

Tu vois ton autre.

Vous voyez votre farniente d’en haut. Et maintenant il est temps de corner le clown.

La fusée arrive, clown, et E.T. vous dit au revoir. Vous êtes si heureux d’être en vie.

Vous êtes si heureux d’être en vie et si détendu.

Étape 5 : Mettre fin à la pratique

Bougez lentement vos doigts, vos mains et tout votre corps. Asseyez-vous lentement.

Asseyez-vous lentement et ouvrez les yeux. Maintenant, chantez OM ensemble.

Om, Orn, Orn.

Hari, Om Tat Sat.

Technique 2 : lmbibez votre couleur préférée Étape 1 : Préparation

Allongez le clown sur le dos.

Pour le moment, vous ressentez le contact du sol. Sentez-vous comme si vous envoyiez des racines dans le sol. Vous êtes enraciné.

Étape 2 : Visualisation

Imaginez que vous êtes une petite île dans la mer.

Une petite île avec des palmiers, sous le ciel bleu.

Et ton corps est cette île avec ses courbes, ses golfes et ses criques. La forêt est ton haïr et tes deux yeux sont deux beaux lacs.

Entre vos doigts, il y a de jolis petits ports.

Imaginez que vous entendez le bruit des vagues le long de la plage ; et les vagues sont votre souffle.

Comptez 7 vagues ou respirations que vous écoutez… Lorsque vous avez terminé, imaginez que vous flottez au-dessus de votre île et que vous la voyez d’en haut.

Vous souriez, avec la brise dans vos cheveux.

Étape 3 : Prise de conscience des couleurs

Tu flottes et tu te cornes à un arc-en-ciel.

Vous allez vous baigner dans les couleurs de l’arc-en-ciel. Veuillez noter dans quelle couleur vous préférez vous baigner.

Rouge, imaginez que vous êtes tout rouge et que vous flottez dans le rouge. Orange, jaune, vert, bleu, bleu foncé, violet, or, couleur or…pause.

Maintenant je vais les répéter et vous choisissez la couleur que vous préférez. Couleur or, violet, bleu foncé, bleu, vert, jaune, orange, rouge…pause.

Étape 4 : conscience de la respiration

Imaginez maintenant que vous vous baignez toujours dans votre couleur préférée, tout en étant sur le sol.

Vous le respirez.

En l’expirant, il imprègne tout votre corps. Pendant que vous inspirez, il corne de l’extérieur.

Pendant que vous expirez, elle se répand dans vos bras, vos jambes et dans votre tronc. Il se répand dans votre tête et votre cou.

Sentez maintenant que la qualité de votre couleur préférée est en vous. Elle vous a donné sa qualité.

Et quand tu te lèveras, tu le conserveras.

Vous vous sentirez aussi belle et aussi fraîche que votre couleur préférée. Peut-être que demain, ce sera une autre couleur, mais aujourd’hui, baignez-vous dans la couleur préférée d’aujourd’hui.

Étape 5 : Sentiments

Arrêtez lentement cette image. Sentez comme vous êtes bien.

Rappelez-vous un moment où vous étiez si heureux parce que vous aviez appris quelque chose d’agréable,

quelque chose de difficile que vous avez finalement maîtrisé. Comme vous étiez heureux de pouvoir enfin le faire.

Et comment vos parents vous ont félicité de l’avoir fait. Ce sentiment, vous allez le garder avec vous.

Étape 6 : Mettre fin à la pratique

Bougez lentement les doigts. Bougez lentement tout le corps, puis ouvrez les yeux et asseyez-vous.

Hari Om Tat Sat.

Utiliser les techniques avec les enfants

L’enseignant ne doit jamais freiner la motivation et l’initiative de l’enfant en omettant de rendre les séances intéressantes et variées. Les pratiques doivent toujours être présentées dans un esprit d’imagination créative et de variation. Beaucoup des mêmes exercices peuvent être présentés de différentes manières.

La dissipation corporelle et mentale de l’énergie est le problème le plus important de l’écolier, qui n’est pas centré sur lui-même. Un mandala est un symbole universel composé de motifs, de couleurs, de sons, etc. La concentration sur ces dessins géométriques aide l’enfant à se centrer et l’aide également dans ses études de mathématiques, de géométrie et de trigonométrie. Il est important que l’enfant exécute physiquement un dessin géométrique, par exemple en effectuant une rotation de 60 degrés autour de lui dans un cercle, puis de 180 degrés pour se retrouver face à face avec un autre enfant.

la direction opposée, etc., est enfin comprise et mise en œuvre avec grand succès par les éducateurs impliqués dans l’enseignement de ces mathématiques supérieures aux enfants handicapés mentaux à l’aide d’ordinateurs.

Il ne faut jamais oublier que l’enfant est un être harmonisé. Il est donc plus délicat qu’un adulte à bien des égards. Il est essentiel d’être particulièrement prudent dans ces cas-là :

  • Avant de commencer à effectuer une quelconque flexion de la colonne vertébrale, l’enfant doit apprendre à maintenir une posture correcte, aussi bien en position assise que debout.
  • Il est important qu’avant que l’enfant ne fasse des postures de flexion arrière, le bassin soit légèrement basculé.

Toute personne impliquée dans l’éducation sait que nous devons travailler progressivement des techniques les plus simples aux plus complexes. En gros, il y a deux phases principales :

  1. Une phase de préparation de la conscience des différentes parties du corps, de la respiration naturelle, de l’agilité mentale et du relâchement des tensions. Il doit être évident que l’on ne peut pas exercer une influence sur quelque chose que l’on ne connaît pas.
  2. Une phase plus active du travail sur soi et une phase de plus en plus profonde.

Tous les aspects de la personnalité de l’enfant doivent être simultanément mis en harmonie. Il serait donc erroné de travailler exclusivement sur le corps ou l’esprit. Les activités doivent être synthétisées. Nous présentons une grande variété d’exercices, tant physiques que mentaux, en sachant que l’être humain forme un tout, qui ne fait qu’un, et qu’il y a toujours une interaction entre le corps physique, les émotions et l’esprit.

Inès Delcourt